lundi 27 avril 2020

Chroniques du confinement 5, la routine

Dimanche 19
Et si pour une fois je faisais une journée relâche? Et bien oui, je ne couds pas aujourd’hui.
Une matinée thé avec les chats, publication de l’article hebdomadaire du blog puis j’ai fait un gâteau pommes bergamote car c’est dimanche et que tous les dimanches je fais un gâteau. 
Et ensuite j’ai fait l’heure pour  moi. Qu’est-ce que c’est l’heure pour moi? C’est me chouchouter et prendre soin de moi.
J’ai chauffé la salle de bains à mort, je suis allée sous la douche brûlante, lavage de cheveux et pendant que l’après shampoing posait, j’ai pris le savon exfoliant, celui qui gratte avec ses petits grains et j’ai frotté tout mon corps avec ensuite lorsque je suis sortie de la douche, je me suis ointe avec l’huile Angel. J’adore cette odeur, je kiffe, c’est une bouffée de bonheur et de joie pour moi, Angel est bleu et me fait voir la vie en rose, c’est mon parfum, mon odeur, c’est moi... 
Je n’ai pas mangé à midi, pas faim et je voulais que MDC installe mon doubleur HDMI pour que je puisse enfin profiter de Disney + et d’Amazon Prime. J’ai inauguré Disney + avec le film « Là Haut » que j’avais très envie de voir et que j’ai bien apprécié. Je suis montée chez MDC, j’ai retrouvé des tissus coton sobres pour les masques, une belle trouvaille. 
Sur Amazon Prime, j’ai regardé Forte avec Valérie Lemercier, pas mal, ça ne casse pas des briques mais le moment fut agréable. Ensuite routine du soir, brosser les dents, se laver le visage au savon à l’argile blanche et au calendula maison, puis sous le sein où j’ai mon exéma qui revient en cas de stress intense. Puis petit coton bambou maison avec de l’eau florale sur le visage, puis sérum et baume à lèvres maison, là je perds 10 ans d’âge, ensuite je mets au lit et je passe mes pieds et mes mains au beurre de karité, c’est que nous allons bientôt entrer dans la saison des sandales et comme chaque année je veux que mes pieds soient beaux. Et voilà, encore un jour qui s’est écoulé sans que je le vois passer. Douce nuit à demain.




Lundi 20
Il pleut. Malgré la pluie je suis allée au LIDL et dans la foulée au Casino. Au retour, avec MDC nous avons commencé à toiletter Gaïa, bien on n’est pas rendus, la chamelle déteste ça, MDC ne met pas beaucoup de bonne volonté et ce chameau de Thor se moque d’elle ce qui n’arrange pas les choses... 
La journée a vite passée, couture, Sophie est passée chercher des masque, nous continuons notre production avec MariThé, nous devons fournir le personnel de Casino, après tout grâce aux employés qui réceptionnent les marchandises, les mettent en rayon, les caissières, nous mangeons, donc nous allons leur offrir des masque avec plaisir. Suis un peu fatiguée, le changement de temps, pluie et humidité ne me réussissent pas, au dodo de bonne heure.

Mardi 21
C’est l’anniversaire de mon fils, mon Florian a 27 ans, suis-je  donc si vieille pour avoir un enfant de cet âge là, dans ma tête j’ai toujours 20 ans!!!
Réveillée depuis 5h30, papoté avec Cécile sur Messenger, ça passe le temps et ça me fait plaisir. Cécile a beaucoup compté dans ma vie. 
De durs événements de la vie ont fait que nous nous sommes éloignées l’une de l’autre mais je l’apprécie toujours autant même si nos échanges ne sont plus qu’épistolaires. 
Les gens traversent nos vies et y restent un certain temps puis en sortent ou pas, laissant de beaux souvenirs ou pas. 
Je n’ai que de beaux souvenirs avec Cécile et sa famille, de franches rigolades, des moments gourmands, de la couture, du tricot, du crochet, de la dentelle à gogo, du bonheur quoi, on a aussi partagé des épreuves, des deuils quasi en même temps, ça rapproche aussi... Je la sais maintenant en paix et heureuse, je suis heureuse pour elle. Moi aussi je suis enfin en paix et heureuse.



Mercredi 22
Une journée de paresse pour les chats, une journée active pour moi. Ce matin j’ai préparé un couscous, il sera à manger pour demain et j’ai cousu des masques, comme d’habitude. 
Au niveau alimentation, aujourd’hui je n’avais pas faim, le midi j’ai mangé un morceau de fromage et une banane et ce soir deux yaourts. Je suis de nouveau dans ma période yaourts, c’est cyclique chez moi. Ils sont maison et je me régale.




Jeudi 23
De la couture, de la papote avec mon adorable voisine qui coupe les masques. Soirée informatique, il faut préparer les affranchissements des enveloppes qui partiront demain pleines de masques, il faut se battre avec les chats, qui veut se coucher sur le clavier, qui sur les enveloppes, qui essaie d’attraper les feuilles qui sortent de l’imprimante, bref on ne s’ennuie pas au Nid, les membres de la Tribu y veillent...




Vendredi 24
Encore un vendredi rose confiné. Pas grave car je vois la vie en rose et en Technicolor. Petite sortie à la poste avec mes enveloppes, il faut beau, il fait 22°, le ciel est d’un bleu insolent, on entend les oiseaux qui chantent en pleine ville, la nature est en pleine éveil, même si la sortie est restreinte c’est vraiment très agréable. Seconde visite de la maman de la jolie petite Lola, avec Lola, elles viennent chercher la seconde fournée de masques, c’est trop mignon de voir cette puce en rose avec son masque rose et son sac Hello Kitty, dans lequel m’a-t-elle dit il y a plein de jouets. Ces quelques minutes de discussions devant l’immeuble sont précieuses en temps de confinement. Ce soir couture, demain j’apporte des masques aux caissières de Casino avec les variétés des années 60 en fond musical, les chansons que mes parents écoutaient lorsque j’étais enfant et ces souvenirs me font chaud au cœur. Trente-neuvième jour de confinement, tout va toujours bien ici, je ne vois pas passer les journées. 




Samedi 15
Les jours se suivent et se ressemblent mais ça ne me gêne pas. Je suis allée au LIDL ce matin, pénurie de légumes chez moi, du coup j’ai acheté aussi un pot de muguet. Un pot basique, en terre, sans fioriture mais il sent délicieusement bon. Il va remplacer mes jonquilles qui arrivent au bout de leur floraison. Ce petit jardin du couloir continue de faire mon bonheur et celui des habitants de l’immeuble. Je suis ensuite allée déposer les masques promis aux hôtesses de caisses de mon petit Casino pas loin de la maison, elles étaient ravies et moi aussi car j’adore faire plaisir. Ensuite ça a été relâche car j’ai beaucoup cousu cette semaine et je suis fatiguée. J’ai squatté Netflix, j’ai regardé ce que nous appelons avec ma copine Géraldine « des films de filles » et j’ai passé un vrai bon moment et une belle soirée en compagnie de mes poilus d’amour qui étaient tous câlins déployés envers moi...


vendredi 24 avril 2020

Mots d’un vendredi rose confiné 2

J39, 5ème vendredi rose de confinement.
On garde le moral, le sourire, bon pied bon œil, on continue de voir la vie en rose, en jaune, en vert, en bleu, en violet, de toutes les couleurs sauf en nuances de gris...
On cultive son jardin intérieur, pour ceux qui ont la chance d’avoir un jardin extérieur, on en profite à fond, on tond, on défriche, on coupe, on plante, on arrose, on profite de cette coupure avec le monde pour prendre soin de ce petit coin de verdure qui est un coin de bonheur.
On sème les graines du bonheur et on les cultive, on se montre solidaire envers ses voisins, son entourage, envers les autres...
Comme toujours mes pensées vont vers ceux qui nous ont quitté, vers leurs familles et amis dans la peine.
Elles vont ensuite vers les soignants qui sont au front, vers tous les personnels hospitaliers (les non-soignants mais indispensables), vers toutes les personnes qui travaillent dans l’alimentaire, du début à la fin de la chaîne, exploitants agricoles, routiers, manutention, caissières, vendeurs...) grâce à qui nous avons de quoi manger, vers nos forces de l’ordre qui s’efforcent de suivre les décisions de ceux qui gouvernent, vers les personnels d’entretien de nos villes... que toutes ces personnes soient remerciées, leurs conditions de travail sont compliquées, port de masques, de gants, visières, ..., que toutes notre gratitude aille vers eux.
Et puis malgré le confinement qui rend certains moroses, malgré les soucis que celui-ci peut engendrer, il faut garder espoir, il faut chasser cette morosité, il faut sourire, même rire car le rire est le propre de l’homme et le rire fait du bien, un bien fou, il faut faire des projets, il faut rêver, il faut continuer de vivre et d’avancer.
Namaste, paix et félicité.
#levendredilerosesimpose #plusquejamaislevendredilerosesimpose #restezalamaison



dimanche 19 avril 2020

Chroniques du confinement 4, Pâques et prorogation du confinement

Dimanche 12
Dimanche, c’est Pâques. Des fêtes de Pâques spéciales avec le confinement... Messe devant la télévision, un peu notre meilleure amie en ce moment, déjeuner gourmand. Je me suis appliquée à gâter mes voisines et voisins, j’ai fait du pain frais, un roulé à l’Orange Curd et des chocolats. Je crois que j’ai fait des heureuses et des heureux et cela m’enchante.


Lundi 13
Le dimanche de Pâques est suivi du lundi de Pâques. Je suis une pro de la lapalissade!!! 
Journée calme, maison, chats, télé, bouquins, pas de couture mais je reprends le collier demain ma machine à coudre m’attend. 
Comme tous les jours je contemple mon petit jardin du couloir qui enchante aussi mes voisines qui descendent le voir tous les jours. Il faut dire que ces petites jonquilles font merveille et fleurissent tous les jours, j’en suis amoureuse.
Ça y est Mr Macron nous a annoncé « la bonne nouvelle », nous sommes confinés 4 semaines supplémentaires, next, on continue dans la joie et le bonne humeur...



Mardi 14
Couture, visite, enfin dans le couloir de l’immeuble, à distance prudente d’une copine avec sa pucinette de 4 ans et demi, une petite Lola, comme moi, qui vient chercher des masques pour elle, son chéri et mini Lola. Elle m’apporte deux serviettes en micro fibres, yessss, on peut continuer la production, nous avons de la matière première. On dirait qu’on m’a offert le Saint Graal avec ces deux serviettes en micro fibre, je suis ravie.



Mercredi 15
J’ai offert deux masques à mon facteur gentil. Il était content car ils n’ont aucune protection, ensuite je suis allée au Casino, pour ma voisine et pour moi, j’ai promis un masque à une des caissières que je connais depuis longtemps, elle prend les transports en commun et a peur. Elle m’a remerciée alors que je trouve normal de donner des masques aux gens qui bossent pour nous assurer des conditions de vie décentes, comme je lui ai dit, le chemin de mon cœur passe par mon estomac et grâce aux personnes comme vous je peux manger donc il est normal pour moi d’être reconnaissante. 
Il me fallait des légumes, de la salade, des yaourts pour ensemencer ma nouvelle production de yaourts maison, puis je suis allée au Naturalia, j’ai trouvé de la farine de sarrasin, super car je commençais à être au bout du stock et cela manquait dans les rayons jusqu’à présent, tout comme la levure de boulanger, fraîche ou déshydratée... 
Pour les gâteaux je vais liquider mes stocks de farines diverses que je ne rachèterai pas car je ne les ai pas trouvées top, pour le pain, je reste fidèle au mix farine de riz complète et sarrasin et poudre magique (chia, lin et psyllium). 
J’ai pris des bananes car j’adore, elles ne sont pas très mûres, je vais les laisser un peu au soleil, et je vais faire de l’engrais avec les peaux, j’ai trouvé une recette d’engrais bio avec de l’eau de peau de bananes, du marc de café et des coquilles d’œufs.
Cet après-midi je suis allée à la Poste expédier des masques à mon amie Annie, je me félicite d’imprimer les timbres et de les coller sur les enveloppes, cela m’évite la queue à la poste, cet après-midi environ 40 personnes attendaient... Du coup j’ai profité de cette sortie pour acheter des herbes aromatiques, (de la coriandre une de mes passions en cuisine), au U de la poste qui a un rayon de fruits et légumes extraordinaire, c’était une pierre trois coups, ma sortie pour m’aérer, La Poste et acheter mes herbes. Je lave la coriandre et je la conserve dans l’huile d’olive, comme le basilic l’été, je compte essayer d’en planter dans les pots sur le balcon de maman. 
Maintenant plus de sortie prévue avant la fin de semaine où j’apporterai des masques aux caissières de Casino, car comme m’a dit l’une d’elles, je prends les transports en commun et j’ai peur, le magasin les équipe sur place mais à elles de se débrouiller pour les transports.
Géraldine est passée prendre son pain, ses falafels et du gâteau, ça m’a fait du bien de voir ma copine et d’avoir des nouvelles fraîches de ma filleule, Lanna petit chat gris. 
Pour ne pas changer j’ai froid aux pieds... Minou a fait son ignoble soupe serbe et m’en a laissé une assiette ça aura le mérite de me réchauffer et de ne pas cuisiner pour une fois... Je vais aller faire mon yaourt comme ça demain il sera prêt. 
Bien sûr je n’ai pas sommeil, je suis allée trier des trucs à la salle de bains, encore du nettoyage par le vide, et au moins les choses sont rangées et triées. 
Autant les journées passent vite, autant je trouve les soirées longues. C’est là que je ressens la solitude. En temps normal, la journée, je sors, je vais au cinéma, je vois les copines, je vais me balader sans but dans la ville pour passer une partie de l’après-midi, mais là en ce moment les possibilités sont restreintes et le soir c'est un peu long.



Jeudi 16
Je me réveille et je déguste un thé blanc aux fruits au petit déjeuner, mmmm, c’est bon, c'est chaud, mon thé du matin c'est sacré.
Ma machine à coudre me nargue depuis la table, les chats dorment encore, Ymir est roulé en boule tout près de moi. La nuit j’allonge la main et je le sens là tout chaud, tout doux. Au petit matin Xéna vient se coucher sur moi, elle ronronne d’un ronronnement sourd, elle est si douce ma petite sauvageonne. 
Aujourd’hui j’ai cuisiné et c’était agréable. J’ai préparé du chou-fleur et une jardinière de légumes comme j’en mangeais dans mon enfance, petits pois, carottes, navets, pommes de terre, sucrines et petit salé, là j’en ai pour quelques jours car j’ai fait ma piscine comme dirait ma copine Steph en parlant de mon grand chaudron, je fais toujours ça, cela ne me gêne pas de manger plusieurs jours de suite la même chose et ça repose mes mains. 
Cet après-midi, la copine que nous avons rencontré avec ma voisine au début du confinement alors que nous prenions un peu l’air sur la porte de l’immeuble est venue chercher un masque, réunion dans le couloir comme à notre habitude, on s’est promis un apéritif à la libération. On ne va plus dessoûler, le nombre d’apéros prévu est colossal.  
J’aime cette solidarité qui règne entre les gens depuis le début du confinement, j’espère que cela perdurera lorsque nous serons libérés. 
Soirée télé avec les chats, mon cerveau frôle la surchauffe, je regarde « On a retrouvé la 7ème compagnie »...  Vivement que mon doubleur HDMI arrive je pourrai enfin regarder Disney + et Prime Video. 
Oui je me suis résignée à passer une commande sur Amazon pour avoir un doubleur HDMI vu que maintenant grâce à la première maman de Kiara nous avons un abonnement d’un an à Disney +. 
Ce n’est pas bien d’avoir passé commande. Ce n’est pas dans mes résolutions. Depuis le début du confinement c’est ma 4ème commande : des huiles essentielles pour faire du gel hydro alcoolique, de l’élastique pour les masques, de la serviette micro fibre pour les masques et le doubleur HDMI. En un mois seulement 4 commandes, je progresse mais je ne suis pas encore au top, il faut dire que hors confinement ce sont des articles que j’aurais acheté en magasin sur Nice.



Vendredi 17
C’est vendredi rose et bien sûr je veux voir la vie en rose, comme toujours. Je sème des graines de bonheur chez les gens à eux de les cultiver mais comme en ce moment la vie est compliquée j’essaie de les aider. 
J’ai cousu, je suis sortie poster des masques, j’ai un peu marché dans la ville déserte et fleurie, j’ai fais des photos des fleurs, je me suis occupée de mon petit jardin qui s’épanouit de plus en plus. 
Ce soir j’ai participé à l’Opération Bleuet du site Menthe et Primevère, un site qui vend des box à planter, moyennant le coût d’un timbre, je vais recevoir des graines de bleuets à planter. 
Ensuite je me suis inscrite pour communiquer avec des pensionnaires d’EPHAD par le biais du site 1 lettre, 1 sourire. Ça cadre bien dans ma démarche de semer du bonheur. Je suis heureuse de m’occuper des gens, je m’occupe de mes deux voisines de 75 et 78 ans et si je peux donner un peu de joie à une personne seule en EHPAD, je serais ravie.




Samedi 18
Un petit peu de couture le matin, un peu de rangement et de vaisselle à la cuisine, mis du linge à tourner puis au sèche-linge, la routine de la ménagère imparfaite que je suis. Je suis allée au Casino apporter le masque à Martine la caissière et j’ai promis d’autres masques pour les autres caissières, elles vont essayer de trouver de l’élastique, j’ai fait aussi deux courses pour MariThé ma voisine et j’ai trouvé de beaux radis, bien roses et bien durs, je vais me régaler avec, que du bonheur. 
À mon retour, après désinfection, j’ai bullé devant Netflix puis j’ai un peu cousu avant de passer l’aspirateur car le sol était plein de fils et de petits morceaux de tissus, c’est tout de même plus agréable... 
Pour dîner, je me suis fait plaisir, du pain avec du miel, avec les miels offerts par mes deux copines d’amour pour mon anniversaire. Je me suis régalée, un plaisir simple et gourmand. 
L’un dans l’autre, entre la couture, les chats, mon petit jardin, la cuisine, la lecture, la télé, et mes voisines, je n’ai pas vu passer la semaine malgré l’annonce de la prolongation du confinement. 
Que j’aimerais que ce confinement soit aussi facile à supporter pour tous les gens que pour moi, pour le moment je reste positive et sereine, comme je publie souvent sur Instagram avec le #ilovemylifestyle, j’aime mon style de vie, j’aime ma vie, je suis en accord avec moi-même et c'est essentiel.



vendredi 17 avril 2020

Mots d’un vendredi rose confiné

C’est le 5ème vendredi rose depuis le début du confinement et nous attaquons le second mois de ce confinement. Il faut rester serein, positif, ne pas se laisser happer par les infos anxiogènes. C’est parfois difficile, mais il faut se fermer à cela et essayer de trouver du charme et des avantages à ce confinement forcé.


Ici la vie en rose continue, je ne m’ouvre qu’au beau. Il y a mon petit jardin du couloir qui fait mon bonheur avec sa verdure et ses fleurs, les facéties de la Tribu dont les membres rivalisent d’ingéniosité pour me faire rire et dont les câlins sont un bonheur permanent.



Il y a cet élan de solidarité formidable qui règne entre les français, je fais des masques avec l'aide de ma voisine, pour les gens qui en ont besoin, qui me donne de l’élastique (denrée rare en ce moment), qui me donne de la serviette micro fibre (pour l’intérieur), qui me fait un don qui me permet de commander ce que je n’ai plus pour fournir plus de masques...
J’ai équipé mon facteur, demain j’apporte des masques aux caissières du Casino où je fais mes courses depuis plus de 30 ans...
Je ne compte plus le nombre de masques cousus, envoyés aux quatre coins de la France et même en Belgique, je me sens solidaire, je suis vivante, autant aider ceux grâce au travail de qui nous pouvons nous nourrir, nous pouvons vivre.



Être en bonne santé est un privilège en ce moment, profitons en pour cultiver notre jardin intérieur, lecture, musique, méditation, mots croisés... C’est la trêve des confiseurs des rancunes personnelles, des petites gué guerres entre voisins, on se serre les coudes dans un seul but sortir ce cette crise en bonne santé, vivants.
Il y a des moments tristes, il y a les personnes, célèbres et anonymes, touchées par ce terrible virus, qui quittent cette terre, il y a aussi nos compagnons à 4 pattes qui nous quittent, c’est le cycle de la vie, un cycle certes bousculé en ce moment, mais un cycle dans lequel il faut puiser la force de se reconstruire plus forts et différents.
Gardez espoir, ne vous laissez pas envahir par le morose, le printemps est derrière nos fenêtres, les arbres s’épanouissent de jours en jours, par endroits la nature reprend ses droits, profitons de ce temps de répit pour la laisser faire et la contempler.
Soyons sereins, soyons positifs, la vie doit continuer et la vie continue.
Namaste, paix et sérénité, le vendredi le rose s’impose, plus que jamais.
Je pense à vous, tous mes contacts, très fort, que cet amour que je porte à la vie rejaillisse sur vous.
Il est 5h30, bien à vous.
Lola



dimanche 12 avril 2020

Chroniques du confinement 3, spiritualité

Dimanche 5/04
Journée relâche, journée gourmande, gaufres avec pâte à tartiner aux noisettes bio. Un peu de couture, beaucoup de câlins avec La Tribu, un beau dimanche.


Lundi 6/04
Normalement j’avais mon rdv mensuel chez le psy, je suis enfin arrivée à l’avoir au téléphone, il m’a dit d’aller à la pharmacie pour renouveler mon traitement... 
Next, heureusement que je ne suis pas dangereuse. Je me demande comment ça se passe pour les schizophrènes et autres pathologies très lourdes. 
Je suis allée à ma séance de sokoatsu chez Géraldine. Je lui ai fait des masques rectangles à plis pour mettre durant les soins. Je suis rentrée en pleine forme et contente, plus de douleur et surtout avoir vu ma copine pendant plus d’une heure, c’est du bonheur. C’est une super thérapeute et surtout une amie merveilleuse. Ensuite j’ai fait un saut au LIDL car j’y avais oublié plein de choses, notamment du beurre, pas que j’en utilise beaucoup mais tout de même, j’ai trouvé des jolis radis, bien roses et blancs, bien craquant, du jambon cuit fumé au bois de hêtre que j’ai mis directement au congélateur et aussi une nouvelle plante pour mon jardin du couloir, des bulbes que je pense être des crocus avec un cache-pot en plastique jaune façon demi-œuf, on voit que Pâques arrive.
J’ai été choquée de la foule avenue J. Médecin, des gens en groupe, sans masque, se baladant avec des cannettes de bière ouvertes et buvant... Qu’est-ce que les gens n’ont pas compris dans le mot confinement? Bien sûr pas de contrôle de police... Il faudrait qu’il pleuve au moins les gens seraient moins tentés de sortir.
Je suis aussi choquée lorsque je vois sur les réseaux sociaux que les gens commandent à tire larigot sur Amazon, je croyais qu’ils avaient cessé de livrer ce qui n’est pas produits de première nécessité...
Je me demande où va le monde.

Mardi 7/04
Grasse matinée câline avec mes chats, long coup de fil avec la maman de Géraldine, toujours un beau moment ça. Ensuite j’ai mangé, c’était gourmand, une endive braisée avec du jambon et des pommes de terre, le tout un peu gratiné, je me suis régalée, comme d’habitude.
Ensuite je me suis mise à la machine à coudre, 6 masques ont été faits, puis j’ai testé la découpe de tee-shirts pour remplacer l’élastique car je n’en ai plus et bien ça marche, je suis très contente, je vais pouvoir continuer à produire des masques. Heureusement que ma super voisine coupe les tissus car je ne peux pas vu l’état de mes mains. Ce n’est plus l’Atelier de Lola mais l’Atelier Masqué!!!
Ça y est je commence à établir les menus pour les jours à venir. Quelques réminiscences du Fly que j’avais entrepris, ensuite j’ai fait ma liste de courses. Une fois les masques finis, je vais peut-être recommencer quelques uns des principes du Fly. Nous sommes dans une période propice à l’introspection et au changement, il faut en profiter.
Ce soir c’est la pleine lune, une lune rose en plus, j’ai mis une bouteille d’eau dynamisée sur la fenêtre pour avoir de l’eau de lune pour mes plantes, elles seront contentes. Que l’énergie lunaire soit bénéfique au monde qui est en plein cataclysme en ce moment.


Mercredi 8/04
Ouf, ce matin j’ai fait Casino, nourriture pour les chats prise pour le mois, légumes, fromages et différentes boites pour MDC. J’ai aussi fait des courses pour MariThé, la tata de Kiara, puis en rentrant une super vaisselle et j’ai mis mes sucrines à braiser pour les faire en gratin avec des patates, de la crème et du fromage, nous sommes en semaine sainte, je voudrais arriver à ne pas manger de viande. 
Je me suis occupé de mes plantes que j’ai arrosées avec l’eau de lune, ce petit jardin du couloir fait mon bonheur.
Comme hier la fenêtre est grande ouverte, il fait 22,5° dehors et le capteur de ma station météo n’est pas au soleil. Je ne vous avez pas dit, j’ai acheté une station météo à LIDL, avec un capteur extérieur, elle a les phases de la lune, la pression atmosphérique, les heures de lever du soleil et de la lune, une vraie merveille et j’en suis ravie. 
Ma mère adorait les stations météo, les baromètres, il y en a toujours eu à la maison. 
Ensuite j’ai fait une petite sieste et j’ai mis le turbo avec la machine à coudre, 8 masques de plus de finis. Tous les jours avec MariThé on dit que c’est fini, qu’on n’en propose plus à personne et puis tous les jours de nouveaux masques à faire se rajoutent, nous avons même commandé de quoi faire la couche intérieure, on n’en avait plus... Nous essayons de mettre à l’abri les personnes de notre entourage. D’ailleurs les masques envoyés à Cholet et à Paris ont été reçus après une semaine de voyage postal, leurs destinataires étaient heureuses.


Jeudi 9/04
Encore une nuit compliquée, la pleine lune... Je suis très sensible à la lune, certaines fois je la prends de plein fouet et je fais nuit quasi blanche. Ce n’est pas grave en général je me rattrape avec une sieste avec les chats. En plus c’est le moment où le soleil est chez moi et je m’endors baignée de chaleur et de ronronnements, que du bonheur.
Je dois préparer des affranchissements, encore 6 masques doivent partir, pour le fils et la belle-fille de MariThé, pour son amie d’enfance et son mari et pour la sœur de cette dernière et son mari.
Un ami m’a téléphoné, je lui ai proposé des masques qu’il a accepté et il a dit que je ne m’ennuie jamais. Effectivement, je trouve toujours quelque chose à faire et depuis le début du confinement la confection des masques non seulement m’a bien occupée mais m’a donné un but. C’est agréable de pouvoir rendre service en ces temps troublés. Sur les réseaux sociaux on échange nos expériences face à la pénurie d’élastique, je trouve ça sympa.
J’essaie de rester positive et de bonne humeur. Je vis au jour le jour sans tabler sur une hypothétique date de déconfinement, je suis bien, je profite des rayons du soleil de printemps et de l’éclosion de la nature d’une part dans le jardin où donne mon appartement, d’autre part dans mon petit jardin du couloir. Je subis la fibromyalgie, comme d’habitude, avec philosophie, là encore je ne me focalise pas dessus, c’est mon symbiote, mon Goaold, je fais avec et je compose avec elle afin de vivre le mieux possible et ça me réussit plutôt bien.
Lorsqu’il y a deux ans j’ai commencé les soins énergétiques avec Géraldine j’ai fait la paix avec la maladie, depuis je vis et compose avec elle et ma vie est beaucoup plus simple. J’essaie toujours d’apprendre à écouter mon corps, je progresse mais on n’est pas encore rendu sur ce chapitre.
Je suis sortie, j’ai livré deux masques à une amie à qui j’avais donné rdv sur la Place Garibaldi, j’y ai retrouvé Géraldine qui m’a passé sa ChromeCast, puis nous sommes allées au supermarché asiatique, là où on trouve plein de choses sans gluten, ma Gégé m’a offert un superbe bol pour les Boudha Bowl avec des nekos dessus pour me remercier pour les masques, j’ai été super touchée. Ensuite suis allée à la boucherie du Vieux Nice où j’ai mes habitudes et je suis rentrée, le tout en 1 heure et 9 minutes. Bien sûr après j’étais ko mais ce n’est pas grave, j’ai de la viande pour le mois, donc si le confinement se prolonge je suis tranquille. J’ai regardé la célébration de la Cène en direct de Rome dite par le Pape François, puis la retransmission de l’Élévation au Saint Sacrement depuis le Sacré Cœur. C’était étrange et perturbant de voir ces lieux déserts, de voir le toit de Notre Dame de Paris bâché...
Je souhaite que les événements dus à cette pandémie renforce les gens dans leur spiritualité.



Vendredi 10/04
Pour changer, couture, un ami est passé chercher des masques pour lui et son épouse, sans contact, lui dans la rue et moi sur le perron de l’immeuble. Ce matin j’ai regardé sur BFM la célébration à Notre Dame de Paris, allocution de l’archevêque de Paris, textes dis par Philippe Torreton, le sublime Renaud Capuçon au violon et une chanteuse lyrique. C’était magnifique et surréaliste. En effet à cause des émanations dues au plomb qui a fondu lors de l’incendie d’y il a un an, ils étaient en combinaison de protection, les célébrants à leur entrée portaient un masque de chantier sur la tête... Il n’empêche que c’était très émouvant et ça m’a fait du bien. Cet après-midi, le chemin de Croix depuis Lourdes, un beau moment encore, feu mon amie Caty dirait, ça y est tu fais ton rat de cathédrale, tu es toujours fourrée dans une église ou l’autre, elle me manque Caty, je pense souvent à elle.
Ensuite j’ai fait relâche. Pour une fois je me suis posée, téléphone avec des copines, repos avec les chats, de temps en temps ça fait du bien.
Les bulbes achetés lundi ont éclos, ce sont de minis jonquilles, que je suis heureuse, j’adore les jonquilles, puis mon petit jardin est tellement beau. 


Samedi 11/04
Aujourd’hui, c’est « Cooking Day ». 
Je compte gâter mes voisines pour Pâques, pain frais fait maison, gâteau et chocolats. Il faut prendre soin de ses aînés, et ce week-end pascal confiné est rude pour tous alors autant l’adoucir un peu par quelques gentillesses et douceurs.
Le pain (avec gluten) gonfle dans le four, ensuite je ferai du sans gluten pour moi, la pâte pour les falafels est faite, me reste à les rouler et à les faire cuire, au four, je n’aime pas trop les choses frites. J’ai décidé de faire un gâteau roulé et d’y mettre de l’orange curd dedans, je vais le faire dans un moment. 
Il fait très beau, je ne vais pas tarder à ouvrir la fenêtre pour que le soleil entre chez moi et que les chats en profitent.
L'ami qui est venu chercher des masques hier est passé pour en récupérer un pour son employée et m'a apporté de l'élastique (une dizaine de mètres), un royal cadeau en ce moment, je suis ravie, comme la veille échange sans contact.
Mon petit jardin est de plus en plus beau et c’est un bonheur pour moi.
J’ai fait tout ce que je voulais et ce soir j’ai fait mon premier bouddha bowl dans le superbe bol offert par ma Gégé, c’était très bon et très frais, salade, concombre, champignons, radis, falafels et sauce blanche yaourt, féta, concombre et coriandre, un régal, un délice de fraîcheur, c’était totalement esprit de printemps. Je suis un peu ko mais très bien et en plus demain c'est Pâques.


 Et voilà encore une semaine de confinement de passée, next... Toujours dans la joie, la bonne humeur et le positif. Je vous donne rdv dimanche prochain pour des news fraiches!!!

dimanche 5 avril 2020

Chroniques du confinement - 2 - 3/04/2020

Dimanche
Nous avons changé d’heure, c’est officiel nous sommes entrés dans l’heure d’été, heure que beaucoup de gens qualifient de festive et associent à l’été, aux apéritifs, aux soirées joyeuses, aux barbecues... Pour moi c’est juste une perturbation de mon horloge biologique. Enfin il faut faire avec.
J’ai passé un beau dimanche. Un dimanche studieux. J’ai cuisiné des choses gourmandes, un potimarron farci, le dernier potimarron de la saison (du jardin de ma voisine, la Tata de Kiara). 
Je l’ai farci  à la chair à saucisse, j’ai mis des flocons de riz que j’ai fait gonflés dans de l’eau avec du bouillon de légumes bio déshydraté, du basilic issu de mon pot de basilic à l’huile d’olive et au sel fait en fin d’été, de l’ail et des œufs, ensuite je l’ai fait cuire au four, qu’est ce que ça sentait bon. 
Puis j’ai fait une tarte au citron meringuée, une vraie, pâte sablée maison (sans gluten) lemon curd maison au citron bio et sucre de canne blond non raffiné, elle était très bonne, je suis contente, je maîtrise enfin la technique de la pâte sablée grâce à la maman de Géraldine qui m’a donné sa recette. Ensuite j’ai lavé tout ce que j’avais sali, j’ai lu, regardé la télé et coupé encore quelques masques. 
Et d’un coup il était 21 heures, j’ai grignoté et dodo, il faut que mon organisme se cale à la nouvelle heure.



Lundi
Aujourd’hui c’était journée couture. J’ai cousu jusqu’à ce que les douleurs me chassent de la machine à coudre. Les masques avancent, demain 5 s’en vont sur Nice et deux à Paris. Je couds à petite échelle, à mon rythme, j’aurais voulu faire partie de ces réseaux qui cousent des dizaines de masques par jour pour des soignants mais mon état ne le permet pas. Mes masques vont tout de même à des personnes qui en ont besoin, qui bossent au quotidien.
J’ai aussi réussi un gros challenge, coupé les griffes des chats, c’est un truc qui n’est jamais gagné d’avance.
Je suis remontée sur le toit, j’ai récupéré une plante grasse que j’ai plantée dans le joli pot où Stéphanie avait mis l’aloe vera de mon calendrier de l’Avent qu’Ymir le délinquant a bouffé!!!
Une journée de plus de passée, là je suis devant Netflix avec les gros chats, nous sommes tous les 5 sur le lit au chaud, il pleut sur Nice depuis la fin d’après-midi.




Mardi
Je continue la couture des masques, deux vont partir à Cholet chez une amie. Je fais des pauses entre deux masques car il faut que je ménage mes mains. Les chats squattent le lit, il ne fait pas beau, le ciel est gris presque blanc...
Ma copine est passée chercher ses masques et ceux de son chéri, à distance raisonnable, je lui ai branché le défroisser vapeur, elle passé son masque à la vapeur, puis au sèche cheveux et l’a mis pour repartir. Désormais elle et son chéri sont équipés, je lui ai aussi donné une belle part de tarte au citron.
Bien que le soir je passe mes mains au beurre de karité, ma peau tire et me fait mal à force de laver mes mains, dans quel état vais-je être à la fin du confinement.



Mercredi 
Je suis sortie, avec masque et gants. Poste pour expédier les masques et courses. Lorsque je suis rentrée, j’étais morte. Il a fallu mettre les courses en sécurité, laisser les chaussures sur le palier, la veste à la fenêtre, filer sous la douche et me laver même les cheveux. Après j’étais ko, je me suis reposée et j’ai repris la couture des masques, 4 supplémentaires vont partir dans un foyer belge chez un couple de personnes à risques, des gens merveilleux qui ont des chiens adoptés en refuge. Vu que je n’avais eu ni le temps ni le courage de manger à midi, ce soir ça a été festin de roi : potimarron farci du jardin de MariThé (le tout dernier de la saison) et haricots verts à l’ail. Je me suis régalée, ensuite j’ai pris une tisane de sarrasin avec une cuillère de miel, c’était divin... Maintenant, je suis dans mon dodo tout chaud, je regarde Grey’s Anatomy et j’ai mis mes orthèses de pouce pour ne pas me massacrer durant la nuit...




Jeudi
Une fois de plus le froid me terrasse. Je suis fatiguée d’être gelée. J’ai fait peu de choses aujourd’hui. Un peu de rangement dans la cuisine, mis ce que contenait les sacs de vracs dans les bocaux, du coup je sais ce que j’ai, ce qui n’est pas plus mal en ce moment.
Je suis sur mon matelas chauffant en position fœtale, Freja est sur moi, elle ronronne et fait chat bouillotte, double avantage, elle est craquante mon tit Frejou d’amour, je l’adore. Mon confinement est totalement supportable aussi grâce à la présence des membres de la Tribu. J’ai des moments de complicité merveilleux avec chacun de mes chats et c’est ce qui contribue à mon équilibre et à mon bonheur.



Vendredi
J’ai cousu, cousu, cousu... J’ai mangé, vendredi de Carême, pas de viande, pas de poisson, pas d’œufs... Des légumes que j’avais cuisinés et congelés, le midi avec des céréales et le soir avec des légumineuses, je me suis régalée. Et du thé. J’aime le thé, ça me réchauffe et je me régale. Je cogite à des tas de recettes, des desserts surtout mais je n’en ai pas vraiment envie. Ma gourmandise certains jours est une petite cuillère de miel dans mon thé ou dans mon infusion ou une banane. J’adore les bananes, je crois que c’est mon fruit préféré, crues ou cuites j’adore, flambées, miam c’est un régal, dans les gâteaux, sublime... 
Hier soir j’ai changé ma déco de porte, ce n’est pas fini mais j’ai mis un joli lapin que j’avais acheté chez Tiger quelques jours avant le début du confinement, à la place de la couronne d’Ostara. 
Je contemple tous les jours mon petit jardin du couloir, je parle à mes plantes et j’ai plaisir à les voir grandir, j’ai mis aussi mon amaryllis de Noël dans le couloir avec ses copines plantes, il fait de nouvelles feuilles, qui sait peut-être bientôt une nouvelle fleur, cela me ravirait bien sûr. J’ai une reconnection avec les plantes. Depuis qu’elles sont hors d’atteinte des chats, mes plantes s’épanouissent. Pour moi ce confinement est un moment où je découvre, où je redécouvre de nouveaux plaisirs, de nouvelles joies. Je suis heureuse et épanouie même si je me pose des questions sur l’avenir, le déconfinement, quand, comment... Comment va se porter l’économie après l’arrêt de tous les pays suite à la pandémie... Qui vivra verra...



Samedi 
Je me suis levée tôt, à 9 heures j’avais quitté mon logis, direction Naturalia, je n’ai presque plus de thé, plus de bicarbonate ni de percarbonate pour faire ma lessive. Je ne me sens pas de monter à l’épicerie en vrac où j’ai mes habitudes, c’est trop loin, j’essaie de limiter les sorties au périmètre assigné par les autorités. Ensuite je fais LIDL, les gens respectent les distances de sécurité, je reviens chargée comme une mule, et j’ai oublié des trucs... Je dois aller chez le psy lundi, en souhaitant qu’il soit là car son téléphone passe direct sur sa messagerie personnelle et je n’ai pas de news, je ferai un saut au LIDL qui est à deux pas de chez lui en sortant de là pour acheter mes oublis. De toutes façons je n’aurais pas été en capacité de les porter, j’ai eu du mal à rentrer. De plus en plus de gens ont des masques, les personnels et caissiers et caissiers des tous les endroits où je suis allée sont protégés par des films plastiques, quelquefois en plexiglas et ont masques et gants. Je les admire de tenir le coup et de continuer leurs fonctions pour nous permettre de nous nourrir. Les rayons sont relativement pleins, je crois que l’affolement des premiers jours du confinement pour les stocks de nourriture s’est un peu calmé. Mes courses étaient essentiellement constituées de légumes et de fruits, j’ai aussi fait quelques courses pour mes voisines, un pack de lait pour faire mes yaourts et des œufs, les œufs et moi c’est une histoire d’amour, puis j’ai ramené une nouvelle pensionnaire pour le jardin du couloir, un petit Kalanchoe jaune dans un cache-pot vert. Ça mettra un peu de gaité. Je suis entrain de redevenir plantes addict...
Pour changer, l’après-midi j’ai cousu... Je pense venir à bout de mes fabrications de masques en milieu de semaine prochaine, ensuite je vais pouvoir imprimer les jolis patrons commandés le week-end précédant le confinement et attaquer une refonte de ma garde-robe. En tout premier, je vais faire une marinière avec du jersey ArmorLux que j’ai depuis des lustres, pour l’anniversaire de mon fils, ensuite je ferai des choses pour moi!!!
J’ai des projets de vêtements et de coussins, il va falloir s’y mettre.
Je vous donne rdv dans une semaine pour faite le point sur ma nouvelle semaine de confinement. À bientôt à mes rares lectrices et lecteurs, la Tribu Des Dodus vous envoie des ronrons.



lundi 30 mars 2020

Tarte au citron, souvenir d’enfance et anarchie


Je vais vous raconter une vieille histoire familiale à laquelle est associée la tarte au citron, un de mes dessert favoris.
Cela s’est passé en 1976, il me semble, mes parents étaient entrain de se séparer et l’ambiance à la maison était détestable, ma mère ne faisait que pleurer, mon père que râler et moi j’étais en tampon entre eux...
Un midi, mon père ramène des pâtisseries du super bon pâtissier du village. Dans notre village il y avait deux boulangeries pâtisseries, celle du bas, médiocre et celle du haut où on faisait la queue dehors. Il y avait un millefeuille pour ma mère, un éclair au chocolat pour mon père et une tarte au citron pour moi, chacun son gâteau préféré, aujourd’hui encore la tarte au citron fait partie de mes desserts préférés d’ailleurs j’en ai fait une hier et c’est ce qui m’a donné envie de raconter cette histoire dont je me souviens à chaque bouchée de tarte au citron.
Donc, ce jour là, l’ambiance était particulièrement lourde et je ne sais pas ce qu’il m’a pris lorsque j’ai annoncé triomphalement à mes parents que quand je serai grande je serai anarchiste. À cette époque, sur mon tourne disque j’écoutais en boucle tout en chantant, Joan Baez qui chantait Here’s to you en hommage à Sacco et Vanzetti.
Il y a eu d’un seul coup un silence consterné de mes parents qui devaient je pense parler de politique. J’ai toujours eu une grande bouche et il fallait toujours que j’ai le dernier mot et me voilà entrain de leur dire que j’admirais la bande à Badeer et que je trouvais scandaleux qu’on les ait suicides dans leurs cellules carcérales...
Là j’ai vu ma mère passer par toutes les couleurs de l’arc-en-ciel, mon père lui était cramoisi, puis elle s’est levée, m’a demandé de me lever, m’a asséné une paire gifle monumentale et m’a dit que les anarchistes ne mangeaient pas de dessert, qu’ils étaient punis, et qu’ils allaient aller finir la journée dans leur chambre pendant qu’elle mangerait ma tarte au citron.
En larmes et dépitée, j’avais été punie de mon dessert préféré, je suis montée dans ma chambre où je me suis consolée avec un livre et je me suis jurée de ne plus jamais énoncer une quelconque opinion politique devant qui que ce soit. J’ai tenu parole, ma mère, malgré ses nombreuses tentatives n’a jamais su pour qui je votais.
Lorsqu’elle faisait campagne activement pour Nicolas Sarkozy, chaque fois qu’elle me téléphonait depuis la permanence de sa copine députée, depuis les marchés où elle tractait, je lui disais « Vive Besancenot. » Moyennant quoi toutes ces copines pensaient que j’étais pro Besancenot... Mon mari ne sait même pas pour qui je vote, pourtant lui n’hésite pas à me bassiner avec ses opinions politiques dont je me contrefous... 
Je garde mes opinions politiques pour moi mais je suis toujours fan de tarte au citron et lorsque j’en mange une j’ai toujours ce souvenir qui me revient en tête.



Chroniques du confinement 5, la routine

Dimanche 19 Et si pour une fois je faisais une journée relâche? Et bien oui, je ne couds pas aujourd’hui. Une matinée thé avec les c...